Pannecière


Le lac de Pannecière et son barrage hydroélectrique

 Situation

C'est indiscutablement le plus grand des lacs du Morvan.



Il se situe dans le département de la Nièvre, sur les territoires des communes de
Chaumard, Corancy, Montigny-en-Morvan, et Ouroux-en-Morvan.


Pont de Panneciere


L'origine de la rigole d'Yonne

 
Il tire son nom d'un petit pont situé environ 700 mètres en aval, le pont de Pannecière où se trouve l'origine de la rigole d'alimentation du canal du Nivernais. 

 Construction

- Construit entre 1937 et 1949 sur le lit de l'Yonne

- La construction du barrage de Pannecière a été décidée afin de réguler les affluents de la Seine, dont l’Yonne fait partie, suite aux nombreuses inondations, comme celle de Paris en 1910.

- Les travaux du barrage débutent le 29 septembre 1937 et sont interrompus à deux reprises pendant la seconde Guerre Mondiale.

- En 1937, les salaires appliqués par les travaux publics dans la Nièvre sont très inférieurs à ceux d'autres départements. La société THEG éprouve de grandes difficultés à embaucher 250 ouvriers, il en faudrait 400.
 
- Le 9 février 1938, les premières négociations salariales sont prises en compte. Les salaires sont alignés sur ceux pratiqués à Champaubert, soit environ 6 francs de l'heure. 
 
- Le 10 août 1938, un « contrat collectif spécial de chantier » est adopté. Outre les salaires, horaires et indemnités, il fixe également les règles de sécurité (pour le moins basiques...) et les obligations de l'entreprise (aussi légères que les règles de sécurité).
 
- En décembre 1938, en réponse à une demande de visite formulée par le « New York Time », il est précisé que « le chantier est actuellement à la fin du stade préparatoire (fouilles, installation de chantier...) et que les travaux de bétonnage, plus intéressants, débuteront en cours d'année prochaine »,  
 
- En 1938, la galerie de dérivation de l'Yonne est percée et la cité de chantier achevée.
 
- En mars 1939, une nouvelle demande d'augmentation ne sera pas véritablement suivi d'effet : 1,5% pour les 8% demandés.
 
- Le 24 août 1939, une réponse favorable est donnée à une nouvelle demande (la troisième) du « New York Time », qui ne pourra jamais venir.
 
- Le 3 septembre 1939, la France et l'Angleterre déclarent la guerre à l'Allemagne.
 
- Les travaux de bétonnage commenceront au printemps 1939.


Sur cette photo de Novembre 2011, les piles de bétonnage subsistaient encore au pied du barrage.


Sur celle-ci de Février 2012, elles ont disparu, démontées pendant les travaux de confortement.

- Les travaux de déviation des chemins commenceront fin 1939-début 1940.
 
- Dés l'automne 1939, les choses se précipitent : mobilisations, réquisitions, réfugiés de la région parisienne, bombardements,  désorganisent fortement le chantier.
 
- De son côté la société THEG a tendance à "replier" son matériel lourd qui aurait permis une poursuite du chantier.
 
- En 1940 la bataille de France est lancée. Le 16 juin, les troupes allemandes entre dans le Morvan.
 
- Pannecière se trouve sur la ligne de démarcation. Le 17 juin 1940 les troupes d'occupation occupent le chantier, contraignant ainsi à l'arrêt des travaux.
 
- En novembre 1940, la société THEG sollicite et obtient l'autorisation de reprendre les travaux, mais les problèmes de personnels (les salaires sur le chantier sont toujours très bas et les intempéries limites les heures de travail...) et d'approvisionnement ( en béton notamment), sont cruciaux et le chantier ne peux pas redémarrer pleinement.
 
- En mai 1942, les travaux sont à nouveau arrêtés sur ordre de l'occupant et ce, jusqu'à la fin de la guerre.
 
- Entre 1945 et 1948, Les disparités de salaires ainsi que les différences de statuts avec les chantiers extérieurs à Pannecière conduisent à de nombreuses grèves.
 
- En mars 1946, les efforts sont concentrés sur les routes et les ponts. En raison à nouveau du manque de personnels et de matériaux, le chantier du barrage n'est pas encore réouvert. Il manque 25 000 tonnes de bétons à raison de 800 tonnes par mois.
 
- En juillet 1946, le chantier se réorganise.
 
- L'hiver 1946-1947, particulièrement froid, ne favorise pas la reprise.
 
- Les travaux sont achevés en 1949 et le lac est mis en eau en 1950, engloutissant deux hameaux :
« Le Pelus » et une partie de « Blaisy ».


Environs de Blaisy - Lac vide

- La courbe de l'inflation est impressionnante. Le taux horaire de 6 francs de l'heure appliqué en 1937 atteindra 95 francs de l'heure en 1951

- La construction du barrage a nécessité la création de 16km de routes, de 6 ponts et d'une cité ouvrière sur le site.


L'un des 6 ponts réalisés


- Sa construction a nécessité le travail de 550 ouvriers lors des périodes de plus fortes activités.

Petite histoire des origines

- L’inspecteur Poirée en 1824, puis l’ingénieur Chanoine en 1840, préconisent l’établissement de grands réservoirs.
- En 1828-1831, les projets de canaux de Cordier envisagent la jonction de la Seine et de la Marne canalisée au « Port à l’Anglais » (Ivry-Val de Marne) et la dérivation de la Seine par le Sud de Paris.
- Eugène Belgrand, mets en évidence les bassins de la Champagne et du Morvan dans son atlas de la Seine mais reste toutefois prudent sur la taille des ouvrages à réaliser.
- Au lendemain de la crue de 1910, Aristide Briand met en place une commission qui sera présidée par Alfred Picard, Ingénieur des Ponts et Chaussées de 66 ans qui se contentera de faire rédiger des rapports par les différents services concernés.
- Les rapports les plus pragmatiques sont retenus qui conduisent, entre autres :
* à la reconstruction de ponts afin d’éliminer un certain nombre de piles,
* à la suppression d’obstacles au courant,
* à la suppression de l’estacade de l’Ile Saint Louis,
* à la construction du musoir amont sur l’Ile de la Cité,
* à la rectification de quais
* à la suppression de l’écluse et du barrage de la Monnaie
* ... etc…
(Sources : Rapport général Alfred Picard du 30 juin 1910, Rapport spécial M. Drogue du 14 mai 1910)

- La 1ère guerre mondiale retardera la mise en œuvre de ces travaux qui seront toutefois achevés en 1932
- En 1913 circule un avant projet d’adduction des eaux de la Loire à Paris.
- Entre 1914 et 1920, l’ingénieur Chabal fait admettre son idée de construire plusieurs séries de vastes barrages-réservoirs, enterrant ainsi un autre projet pharaonique; la déviation de la Marne de Gournay à La Briche. Cette idée, créer en deux étapes des réservoirs d’une capacité estimée à 2 400 millions de m3, l’un dans le Morvan granitique, l’autre en Champagne humide. Le point capital avancé par l’ingénieur Chabal est que le renforcement du débit de la Seine l’été serait au moins aussi utile que l’écrêtement l’hiver, permettant ainsi l’alimentation en eau potable de la capitale et prenant en compte le développement de la population de l’agglomération parisienne qui était alors estimée à quelques 10 millions d’habitants pour l’an 2000 (prévisions exactes puisque Paris comptait 2 130 000 habitants au 1er janvier 2000 et l'Ile de France 11 000 000).
- Le 21 août 1917, le Préfet de la Seine crée le Service Technique du Port de Paris (STPP) dont le directeur est l’ingénieur Bienvenüe et l’ingénieur en chef Suquet.
- La nouvelle crue de 1924 vint étayer les projets de l’ingénieur Chabal.
- Le 20 mars 1925, une nouvelle commission, placé sous l’égide du Conseil Supérieur des Travaux Publics (CSTP) est présidée par l’inspecteur Dusuzeau .
- En juin 1925, le rapport de  l’ingénieur Vidal de la sous-commission des réservoirs fait état de solutions adoptées à l’étranger (Etats Unis) dans les années 1920 pour se prémunir des crues de la rivière Miami (construction de quatre réservoirs pour un volume de 907 millions de m3) et du Mississipi ( 2 619 millions de m3 par l’aménagement de lacs naturels).
- Après étude des projets présentés à la CSTP, le projet de l’ingénieur Chabal, amendé par les propositions de l’ingénieur Drogue représentant le département de la Seine (abaissement de la retenue et donc de la capacité, rendant ainsi le projet plus « acceptable ») semble le meilleur compromis.
- Parallèlement, la sous-commission des réservoirs prend acte des accords entre le département de la Seine et la Société d’Etude des Chutes de la Cure (SECC) pour la construction des réservoirs de Crécent et de Chaumeçon.
- La commission présidée par l’inspecteur Dusuzeau publie ses conclusions qui s’inspirent, pour l’essentiel, de l’étude théorique de l’ingénieur Chabal mais aussi du rapport de l’ingénieur Vidal.
- La création d’un réservoir sur l’Yonne à Pannecière est retenue.
- L’avant-projet est présenté par le STPP.
- Il représente une capacité de 93 millions de m3 et une estimation de 45 millions de francs, mais confirme également qu’il ne contraint pas à d’excessives expropriations, qu’il profitera au canal du nivernais, qu’il permettra une utilisation hydroélectrique en plus de la limitation de l’effet des crues et d’un soutien à l’étiage.
- En définitive, en plus de Pannecière, la sous-commission préconisera également la construction des réservoirs de Crécent, de Chaumeçon, et de Champaubert dans un premier temps, puis la mise à l’étude des projets sur le Serein (Seigneley), la Marne (Chantecoq) et la Seine (Grand-Orient).  Le projet de Seigneley n'a pas été suivi d'effet et, en dehors d'un ouvrage édifié en 1130 par les moines cisterciens de l'abbaye de Pontivy pour alimenter leurs 3 moulins, le sereins n'a pas reçu de barrage.  
- Le 18 septembre 1925, le Conseil général de la Seine accorde le principe d’un crédit de 35 millions de francs pour les travaux de première urgence.
- Le 11 décembre 1925, le Conseil supérieur des travaux publics dans son assemblé plénière retient le projet présenté par son rapporteur Henri Vidal
- Le 30 décembre 1925, le Conseil général de la Seine alloue un crédit de 400 000 francs aux études pour la création de barrages-réservoirs. Le STPP (et la SBR qui n’est pas encore officiellement créée) va donc poursuivre activement ses études.
- Le 14 janvier 1926, l’Etat approuve le programme de protection de la région parisienne contre les eaux. La préfecture de la Seine fait procéder à des études par le STPP.
- 10 et 11 juin 1926, dates de l’avant-projet de Pannecière.
- Le 10 juillet 1926, Le conseil général de la Seine vote le principe des ouvrages de « première urgence ». (et, opportunément, la loi du 10 août 1926 donne aux départements le droit de fixer une taxe spéciale affectée à la protection contre les inondations…).
- 4 novembre 1926, Monsieur Barthou, Ministre de la Justice et des Travaux Publics décide que l’éxécution des ouvrages sera confié à la préfecture de la Seine. Il approuve les projets de Pannecière, et de Champaubert et propose une participation de l’Etat de 45% pour un devis de 48 millions de francs pour Pannecière et de 17 millions de francs pour Champaubert (A noter que Champaubert ne fait pas partie des Grands lacs du Morvan mais de la Marne. Voir le sous-Menu "Champaubert")
- Les idées de l’ingénieur Chabal rencontrèrent une opposition : les défenseur de l’adduction des eaux de la Loire à Paris. L’avant projet qui circulait en 1913 devait se concrétiser par une délibération du Conseil Municipal les 13 et 14 avril 1927. Il s’agissait de capter les eaux de la Loire entre Gien et La Charité sur Loire, à raison de 12 m3/s via un aqueduc de 150 km. La lenteur de ce projet (déclaration d’utilité publique le 11 septembre 1931, création du Syndicat général pour l’alimentation en eau de la région parisienne le 9 juillet 1934, début des travaux en 1935…) allait précipiter sa perte. Lorsque la comparaison des coûts (1 800 millions pour l’adduction contre 65 pour la construction de Pannecière) et des productions (l’adduction correspondait au maximum à la seule production des réservoirs du Morvan pendant l’été) fut faite, l’émission de l’emprunt d’Etat pour l’adduction fut refusée et Pannecière hérita d’un contingent d’ouvriers débauchés sur la Loire.
- Le 31 août 1927, Monsieur Barthou entérine le principe de la construction de Pannecière et instruit son financement.
- Le 23 novembre 1927, une réunion à lieu afin de parvenir à un accord sur les points essentiels du programme : questions techniques et hydrauliques, inondation de la vallée, routes et ponts noyés, rétablissement des communications, construction de nouveaux ponts et de nouvelles routes etc…
Sont présents à cette réunion :
* M. Suquet, Inspecteur général du Port de Paris qui a déterminé le site du barrage,
* M Beaufrère, Inspecteur des Ponts et Chaussées d’Auxerre, responsable de la navigation de l’Yonne et du canal du Nivernais,
* M. Bisch, Ingénieur des Ponts et Chaussées de Nevers, chargé du service hydraulique,
* M. le Maire de Montigny en Morvan,
* M. le Maire d’Ouroux,
* M. le Maire de Chaumard,
* M. le Maire de Corancy.
- Si les questions techniques et hydrauliques trouvent rapidement un consensus, celles relevant des communications sont l’objet d’âpres négociations.
- Le 18 février 1929, ces négociations conduiront à un accord par lequel le Ministre des Travaux Publics acte les propositions.
- Le 8 Septembre 1929, Gaston Doumergue, Président d la République, signe le décret déclarant d’utilité publique la construction des barrages de Pannecière et de Champaubert. L’enquête parcellaire et les acquisitions peuvent enfin démarrer… mais le décret présidentiel n’a pas précisé les communes concernées…
- Par décret du 4 Novembre 1932, le Président de la République, Albert Lebrun, sur le rapport du Ministre des Travaux Publics, précise que les expropriations devront être accomplies pour le 13 septembre 1937.
- Le 1er août 1933, un arrêté désigne donc le Préfet de la Nièvre pour lancer une enquête publique dans les quatre communes en question. Celle-ci sera close le 28 août 1933 et la commission devra se prononcer dans les 10 jours. En fait, la grande majorité des négociations foncières déjà menées par l’ingénieur Louis Ramel aboutira dans les années 1931-1932.
- Le 20 février 1933, la section des barrages-réservoirs (SBR), organisée sous tutelle du STPP est créée par arrêté du Préfet de la Seine.
- Le 7 Novembre 1933, Le Préfet de la Nièvre signe l’arrêté de cessibilité : toute négociation qui n’aurait pas aboutie à l’amiable dans l’année qui suit donnera lieu à une expropriation.

    Caractéristiques générales

    - Latitude : 47°09'53.36’’Nord
    - Longitude : 3° 52' 27.61’’Est
    - Altitude : 320 mètres
    - Entreprises :
    * Entreprise de travaux hydrauliques et entreprise générale (THEG) en 1937
    * Totalité des ouvrages d'art : Entreprise Huguet en 1939
    * Routes (Partie) : Entreprise Huguet en 1940
    * Autres routes à créer : 3 Entreprises locales
    - Construction :
    * Le barrage est de type multivoutes, muni de 12 contreforts.
    * Un second barrage de compensation est construit en aval afin de restituer l’eau à l’Yonne sous un débit constant.
    * Ce second édifice est long de 220 mètres et est composé de 33 voûtes minces et contient 370 000 m³.
    - Utilité :
    * Régulation des eaux de la Seine (à ce titre, il fait partie des grands lacs de Seine).
    * Il permet également de fournir de l’eau à la rigole d’alimentation du canal du nivernais qui relie la Loire à la Seine.
    * Son barrage dispose également d'une centrale hydroélectrique (14 millions de kw/h par an) gérée par EDF depuis 1950.
    * Tous les ans, les eaux sont stockées de novembre à juin et sont libérées de juillet à octobre. Le niveau du lac est donc le plus haut à la fin juin et le plus bas à la fin octobre. Le lac est complètement vidé tous les 10 ans.
    * Lors des vidanges partielles ou décennales, il est possible de voir les vestiges des anciens hameaux qui ont été engloutis par sa mise en eau : ponts, anciens chemins, fondations d’habitations….
    - Alimentation : Le réservoir se trouve au confluent de l’Yonne et de l’Houssière qui l’alimentent.
    - Superficie : 520 ha
    - Capacité : 82,5 millions de m³ (plein, à la côte 324)
    - Profondeur maximale : 48 mètres
    - Longueur maximale : 7 km
    - Largeur maximale : 2.5 km
    - Coût de l'ouvrage : Estimé à 48 millions le 4 novembre 1926, le coût final calculé par le nouveau chef de la section des barrages réservoirs, Francis Germain, (par simple addition des francs de 1929 à 1952 qui n'ont pas la même valeur...), porte la somme à 762 millions, cité ouvrière, routes et ouvrages d'art inclus.

    Caractéristiques de la digue

    - Matériaux de construction : Béton armé
    - Longueur au sommet : 352 mètres
    - Longueur à la base :
    - Largeur au sommet : 10 mètres 
    - Largeur à la base :
    - Hauteur maximum : 49 mètres

     Pour voir la météo sur Pannecière

    Pour voir la météo en direct sur Chaumard (La Beloire, l’Huis Bernard - 58120 Chaumard), il faut d'abord aller jeter un oeil sur le site de Guy, Caroline et de leur fils Marc : http://www.labeloire.com

    Lorsque vous aurez fait connaissance, vous pourrez ensuite aller directement sur leur Webcam à cette adresse : http://www.labeloire.com/page44.html

    Si vous êtes un peu branché météo, vous aurez également accès à leur station et a quelques autres applications depuis leur page d'accueil.

    Un site regroupant un bon nombre de Webcam vous permet également d'obtenir directement celle de Guy, Caroline et Marc à cette adresse : https://www.webcam-4insiders.com/en/weather-Chaumard/831-Chaumard-weather.php

    C'est plutôt sympa, merci à eux !

     Tourisme

    Association "La Gigoullette" au pied du barrage,
    Carte postale collection personnelle André C.

    Pêche
    :
    - Le lac de Pannecière est considéré comme le plus poissonneux du Morvan
    - Les poissons les plus courants sont la carpe miroir (Cyprinus carpio carpio), majoritaire et pesant en moyenne 9kg et la Cyprinus carpio)
    - On peut également y rencontrer des salmonidés, des carnassiers et des poissons blancs.
    - La pêche s'y pratique d'avril à octobre sur la rive droite du lac, dans les secteurs de Blaisy, Huard et Mignage sur plus de quatre kilomètres.
    - Ces secteurs sont surtout fréquentés la nuit, même s'il le sont de plus en plus de jour.
    - Le cheptel est constitué de poissons de tailles importantes, avec un record datant de 2003 à 26kg pour une carpe.

    Blaisy, aire de détente et de jeux :
    - Cette presqu’île a récemment été aménagée avec :
    * Un cheminement permettant de découvrir le site et les différentes ambiances du Morvan ;
    * Des espaces verts, des aires de détente aménagées et équipées ;
    * Une plage (non surveillée) ;
    * Un espace d’accueil du public (point d’informations touristiques) ;
    * Des sanitaires ;
    * Une borne camping-car ;
    * Des places de parking.

    Observatoire ornithologique du Petit lac de Pannecière :


    l'intérieur de "l'observatoire"


    Vue sur le bassin


    - Situé sur le bassin de compensation de Pannecière, qui appartient à Electricité de France (EDF), l’aménagement de l’observatoire ornithologique est au croisement de deux enjeux : la production d’énergie hydroélectrique préservation des milieux naturels dont la richesse écologique représente 10 % de la diversité régionale.
    - Un chemin sur pilotis permet d’accéder à « l’observatoire ».
    - Des panneaux signalétiques implantés tout au long du parcours permettent de découvrir le domaine et d’en comprendre les enjeux. Les informations se veulent à la fois ludiques et éducatives. « L’observatoire » permet à chacun d’admirer, en toute discrétion, des oiseaux se tenant sur le lac.

     Maquette pédagogique

    - Cette maquette se trouve sur l'aval du barrage, rive droite.
    - Sa construction fut achevée le 6 octobre 1938. Elle était destinée à montrer "aux riverains" (... plutôt qu'aux touristes... ce qui est quelque peu réducteur...), le fonctionnement du barrage et de l'évacuateur de crue.
    - Tombée dans l'oubli, elle devint rien moins qu'une ruine.
    - En 2011, Seine Grands Lacs, le Conseil Général de la Nièvre, le Syndicat Intercommunal d'Eau de Pannecière et le Parc Naturel Régional du Morvan décidèrent de redonner vie à cette construction.
    - La rénovation fut achevée en juin 2013. Ce site permet maintenant d'expliquer par le menu la production d'électricité, le fonctionnement d'une écluse, montre le principe de la distribution d'eau etc.



    Vue d'ensemble


    Les écluses


    Production d'électricité


    Le barrage


    Un aménagement en square plutôt sympathique.

    Un reproche : En mars 2014, l'investissement dans quelques panneaux indicateurs n'eût pas été forcément inutile, depuis la route, au- dessus de Pont de Pannecière, un panneau (il vaut mieux arriver du bon côté pour le voir...) et lorsque vous êtes arrivé en bas de la route, rien ne vous dit où se trouve la maquette (pour votre info elle se trouve à gauche, avant le portail, au-dessus du "parking")

    Realisation Eulglod 2013
    sous Izispot 4.51
    Moteur de recherche interne


    résultats par page
    Powered by X-Recherche