Grands lacs
Les barrages-réservoirs
et l'ex IIBRBS


 I.I.B.R.B.S.
Institution interdépartementale des barrages-réservoirs du bassin de la Seine,
aussi appelés « Les Grands lacs de Seine »,
devient « Seine Grands Lacs ».

- Créé en 1969, "l'I.I.B.R.B.S." - " Les grands lacs de Seine" - est devenu "Seine Grands Lacs", un établissement public territorial de bassin par arrêté du Préfet de la Région Ile de France le 7 février 2011.
- Le but de cette institution est de réduire le débit de la Seine et de ses principaux affluents (l'Yonne, la Marne et l'Aube) lors des crues et de le renforcer quand les rivières sont au plus bas. Par extension, le terme « grands lacs de Seine » évoque également l'ensemble des lacs artificiels, situés en Bourgogne et Champagne-Ardenne, construits et/ou gérés par cet établissement. Leur superficie totale est de 101 km2 ce qui équivaut à celle de la ville de Paris

Avant l'IIBRBS :
- En janvier 1910, une crue de la Seine inonda de nombreuses rues parisiennes et 20 000 immeubles, touchant environ
200 000 habitants de la ville.
- Le 22 janvier, le métro parisien fut à son tour sous les eaux.
- La Seine mit 45 jours à retrouver son niveau normal.
- Les dégâts s'élevèrent à 400 millions de francs-or.


La gare de Paris-Saint-Lazare pendant la crue de 1910.

- À la suite de cette crue et de celle de 1924, qui toucha aussi Paris et son agglomération, ainsi que des sécheresses des années 1920, l'État et le département de la Seine décidèrent d'aménager la Seine et ses affluents en amont de la capitale, pour réguler le cours du fleuve.
- Ainsi, en 1949, fut mis en service le premier « grand lac de Seine », le lac de Pannecière, sur l'Yonne. En 1966, alors que le lac-réservoir Marne était en cours de construction, le lac d'Orient ou lac-réservoir Seine fut inauguré à proximité de Troyes, en Champagne humide.
- C'était alors le département de la Seine qui gérait ces trois lacs et leur construction.


Carte du bassin versant de la Seine et des grands lacs de Seine.

La création de l'institution :
- Le 16 juin 1969, à la suite de la disparition du département de la Seine survenue un an plus tôt, un arrêté ministériel crée officiellement l'« Institution interdépartementale des barrages-réservoirs du bassin de la Seine » (IIBRBS). Cet établissement public de bassin est désormais géré par les conseils généraux des quatre départements issus de celui de la Seine : celui de Paris, des Hauts-de-Seine, de la Seine-Saint-Denis et du Val-de-Marne. Il a donc pour vocation de renforcer les débits de la Seine et de ses affluents lors de l'étiage (pour assurer les ressources en eau nécessaires à l'agglomération parisienne) et de protéger l'Île-de-France des inondations au moyen de lacs-réservoirs, dont il s'occupe.

Depuis 1969 :
- L'année 1974 fut marquée par l'inauguration du lac du Der-Chantecoq (lac-réservoir Marne), qui devint le plus grand lac artificiel de France.
- Entre 1989 et 1990, le lac Amance et le lac du Temple, en dérivation de l'Aube, furent mis en eau.
- De nos jours, l'organisme est financé à 50,02 % par la municipalité de Paris et à hauteur de 16,66 % pour chacun des trois autres départements de la petite couronne. Il est dirigé par un conseil d'administration composé de 24 membres (12 pour Paris, 4 pour les Hauts-de-Seine, 4 pour la Seine-Saint-Denis et 4 pour le Val-de-Marne), désignés par les conseillers généraux de ces départements. L'institution est présidée depuis 2001 par Pascal Popelin, premier adjoint au maire de Livry-Gargan et vice-président du conseil général de la Seine-Saint-Denis. Elle emploie 130 agents, essentiellement affectés à l'entretien des ouvrages.

Précision sémantique

Il est souvent question dans les textes de « régularisation » d'un cours d'eau. Ce terme est impropre puisqu'il renvoi à une notion de conformité à la loi (ex : régulariser un chèque sans provisions). En l’occurrence, la seule règle entre le cours d'eau et la loi ne peut donc être que « la loi de la nature » qui est précisément contraire au but recherché : la « régulation ». La « régulation » permet de maintenir un état stable, conforme a ce qui est prévu, dans le fonctionnement d'une machine ou l'état d'un système. On régule le débit d'un cours d'eau afin de limiter les risques d’inondation, en l'absence des mesures mises en place, le cours d'eau lui même n'est pas « hors la loi » et ne peut rien « régulariser ».

 Les Lacs-réservoirs

- Le lac de Pannecière et son barrage, ou « lac de Pannecière - Chaumard-sur-l'Yonne » est le premier des grands lacs de Seine à avoir été construit ; il fut inauguré en 1949. Il est à la fois le seul lac de barrage et l'unique lac bourguignon à être géré par "Seine Grands Lacs". Il se situe à la confluence de l'Yonne et de l'Houssière, dans le département de la Nièvre, non-loin de la ville de Château-Chinon. Avec ses 5,2 km2 de superficie et ses 82,5 millions de m³ de capacité, il est le plus grand des grands lacs morvandiaux. Il fait également partie du parc naturel régional du Morvan.

- À noter que les réservoirs du Crescent et de Chaumeçon sont mis à la disposition de l'institution par EDF.

- Le Lac du Der-Chantecoq, ou « lac-réservoir Marne », (souvent abrégé en « lac du Der ») est le troisième lac construit par l'institution ; il est ainsi inauguré en 1974. Il est situé en Champagne-Ardenne, à la limite des départements de la Marne et de la Haute-Marne. En dérivation de la Marne et d'un de ses affluents, la Blaise, le lac doit son nom à la fois au pays du Der, région naturelle où il est implanté, et au village de Chantecoq qui fut détruit avec ceux de Champaubert-aux-Bois et Nuisement-aux-Bois, lors sa création. Sa capacité nominale est de 350 millions de m3. Avec une superficie de 48 km2 , il est le plus grand lac artificiel d'Europe, en excluant les lacs de barrage. Il est par ailleurs le plus grand lac artificiel de France, toutes catégories confondues.
 


Plan du lac du Der


L'église de Champaubert
maintenant au bord du lac


Le lac du Der


Le lac du Der
derrière l'église de Champaubert


- Le Lac d'Orient, ou « lac-réservoir Seine », est situé dans l'Aube, en Champagne-Ardenne, à une douzaine de kilomètres de Troyes. Grâce à ses 23 km2 de superficie et ses 205 millions de m3 de capacité normale, il est le troisième plus grand lac artificiel de France, après le lac du Der-Chantecoq et le lac de Serre-Ponçon et devant le lac de Sainte-Croix. Autrefois appelé « lac de Lusigny » ou encore « lac de la forêt d'Orient », il fut construit pour réguler directement la Seine. Il est mis en service en 1966, devenant ainsi le second grand lac de Seine. De nos jours, le lac fait partie du parc naturel régional de la forêt d'Orient, forêt d'où provient son nom

- Les lacs Amance et du Temple. Le « lac-réservoir Aube » est en réalité composé de deux lacs reliés par un canal de jonction : le « lac Amance » et le « lac du Temple ». Le premier tire son nom de la rivière qui le traverse et le second doit le sien aux Templiers, qui possédaient des terres dans la région. Ils se situent eux aussi dans le département de l'Aube. Tandis que le lac Amance, à l'est, est dédié au motonautisme, le lac du Temple, à l'ouest, est quant à lui abandonné à la découverte de la nature. Avec leur capacité normale de 170 hm3,  une superficie totale de 23,2 km2, ils pourraient, s'ils formaient un unique lac, être le troisième plus grand lac artificiel de France, au même niveau que le lac d'Orient; ils font également partie du parc naturel de la forêt d'Orient. Ils furent mis en eau en 1990, ce qui fait d'eux les derniers lacs de Seine construits.

Fonctionnement des lacs

- Les quatre grands lacs de Seine fonctionnent de la même manière. En hiver et au printemps (de novembre à juin), les lacs-réservoirs sont progressivement remplis, grâce aux canaux d'amenée ou au barrage, puisque à ces périodes les rivières sont au plus hautes. Ainsi, on évite les inondations : c'est l'« écrêtement des crues ». De juillet à octobre a lieu le « soutien d'étiage » : lorsque, durant l'été, les cours d'eau sont à leur niveau le plus bas, l'eau contenue dans les lacs leur est reversée. Cette vidange peut se prolonger sur le mois de novembre et décembre en cas de sécheresse exceptionnelle. Au 1er novembre, les lacs sont presque vides : il n'y reste que la « tranche morte », la quantité d'eau nécessaire à la survie des poissons dans les lacs et la « tranche de réserve », prévue en cas d'étiage important aux mois de novembre et décembre. Le volume d'un de ces lacs-réservoirs dépend de l'importance des crues et des sécheresses.

Impact sur les crues et l'étiage :

- Pendant six ans, de 1992 à 1998, l'IIBRBS, en partenariat avec l'État, la région Île-de-France et l'Agence de l'Eau Seine-Normandie, a réalisé une étude pour estimer les dommages engendrés par une importante crue de la Seine dans la région et rendre compte de l'action des lacs dans ce cas.

- D'après cette étude, les grands lacs permettraient pour une crue comme celle de 1910 de réduire de 60 cm l'eau à Paris, ce qui aurait comme conséquence financière de porter le montant des dégâts à 8,4 milliards d'euros au lieu des 12,2 milliards d'euros estimés. Ils représenteraient donc une économie d'environ 4 milliards d'euros. Cependant, d'une part les dépenses liées à la construction des lacs ne sont pas ici prises en compte et, d'autre part, les lacs-réservoirs ne peuvent en aucun cas éviter les crues, seulement les amoindrir. Leur action n'est donc pas suffisante, d'autant plus que les bassins actuels n'influent que sur environ 17 % du bassin de la Seine en amont de la capitale. Enfin, l'Yonne, qui est l'affluent réputé le plus indomptable, est aussi le plus faiblement contrôlé par le dispositif.

- En 1995, une autre étude menée par l'IIBRBS et l'Agence de l'Eau Seine-Normandie a démontré que sans les lacs-réservoirs, l'Île de France serait confrontée à des pénuries en eau potable, plusieurs jours par an. Toujours d'après cette étude, les pénuries seraient plus fréquentes sur la Marne. Pourtant, comme pour la régulation des crues, le « soutien d'étiage » ne ferait pas disparaître les effets d'une très grande sécheresse et son action pourrait diminuer en cas de forte hausse des besoins, de baisse de la qualité des ressources ou d'importante pollution ayant des effets sur le long terme. L'augmentation du nombre de lacs-réservoirs amoindrit donc le danger d'un stockage insuffisant, d'où la création assez récente du lac-réservoir Aube.


Impact sur l'environnement :
Un observatoire sur le lac du Der.

- L'environnement a été profondément transformé par la construction des ouvrages, le paysage aussi : de nombreux hectares de forêt furent détruits pour implanter les lacs. Ils modifient le régime hydraulique des rivières, rendant impossibles certaines crues au printemps, pourtant indispensables à la reproduction du brochet. D'autre part, le lac de Pannecière empêche la libre circulation des truites et limite donc leur reproduction en aval du barrage durant l'hiver. Cependant, leur « qualité écologique» a fait d'eux un lieu de passage important de la grue cendrée et d'autres espèces d'oiseaux lors de leur migration.

- Les trois lacs de Champagne-Ardenne sont reconnus depuis 1991, à travers le site des étangs de la Champagne humide, par la convention de Ramsar. Ils font également partie des zones de protection spéciale du réseau Natura 2000 du « Lac du Der » ou des « Lacs de la forêt d'Orient ». Ces derniers se trouvent sur le territoire de la réserve naturelle nationale de la Forêt d'Orient. Par ailleurs, chaque année, plus de 1,5 million de visiteurs fréquentent les grands lacs de Seine et leurs infrastructures, comme les ports de plaisance, les pistes cyclables, les parcours de randonnée, les plages aménagées ou encore les observatoires.

Projets

Les zones humides de la Bassée.

- Comme le prévient le titre d'un livre de Pascal Popelin, président de l'institution, « un jour l'eau reviendra ». Dans l'éventualité d'une nouvelle crue d'importance, un tel phénomène toucherait directement des millions de franciliens. Pour aider les lacs qui stockent jusqu'à 830 millions de m3 d'eau, l'institution prévoit ainsi la création d'un cinquième aménagement. En effet, les lacs existants permettent d'atténuer les crues mais pas de les éliminer. Ce nouvel aménagement appelé « la Bassée » a donc pour but de parfaire l'action des quatre lacs-réservoirs. Situé en Seine-et-Marne, ce site s'étend sur 16 000 ha. Il est l'une des plus importantes plaines inondables en amont de Paris. Au stade d'étude depuis 2001, le projet sera, à partir de 2011, exposé sous la forme d'un débat public. Il consiste à réaménager une plaine, en amont de Montereau-Fault-Yonne, pour y stocker temporairement 55 millions de m3 d'eau pompés dans la Seine, pour réduire une éventuelle crue exceptionnelle de l'Yonne ou de la Seine. Ce projet reviendrait à 500 millions d'euros.

- Un autre projet, celui d'un « lac des côtes de Champagne », est à l'étude. Il permettrait de contrôler le bassin versant de la Saulx, en amont de Vitry-le-François. D'une superficie possible de 2 300 ha et d'une capacité d'environ 130 millions de m³, il serait construit sur le principe des autres lacs : des digues en terre entourant un plan d'eau. Cependant, ce projet ne semble pas être la priorité de l'IIBRBS qui privilégie celui de « la Bassée ».

- Une troisième étude a été menée par l'institution pour l'éventuelle construction de nouveaux lacs-réservoirs sur certains affluents de l'Yonne.

Moteur de recherche
interne


résultats par page
Powered by X-Recherche
Réalisation Eulglod 2017
Sous Izispot 4.70