Noël

Noël, le 25 Décembre « Dans la nuit du 24 au 25 Décembre… » c’est la nativité, la naissance de Jésus.
Le 24 à minuit c’est encore le 24, mais ne commençons pas à chipoter car, en réalité, c’est peut-être beaucoup plus compliqué !

 

Récapitulons :

- Jésus serait né le 25 Décembre avant l’an I puisque l’année de notre ère prend effet le 1er Janvier de l’an I.

- Depuis près de 1 500 ans, les païens fêtaient précisément la naissance du Dieu Mirtha, dieu solaire (ou du soleil), à cette date.

Problèmes :

- Aucun des saints évangiles, les 4 retenus par l’église (il y en a une soixantaine d’autres, dit apocryphes, cachés… sans compter les treize volumes sur papyrus, dit agnostiques et jugés hérétiques… ), ceux de Marc, Mathieu, Luc et Jean ne parlent de cette date. (Rappelons également que ces évangiles ont été écrits environ 40 ans après la mort de Jésus…).

- Si, comme il est écrit parfois, Jésus est né sous le roi Hérode, alors il est né plus tôt puisque Hérode est mort en -4
L'Évangile selon Matthieu précise (chap. 2, versets 16-18) :
« Alors Hérode, voyant qu'il avait été joué par les mages, se mit dans une grande colère, et il envoya tuer tous les enfants de deux ans et au-dessous qui étaient à Bethléem et dans tout son territoire, selon la date dont il s'était soigneusement enquis auprès des mages. Alors s'accomplit ce qui avait été annoncé par le prophète Jérémie :
Ainsi parle l'Éternel : On entend des cris à Rama, des lamentations, des larmes amères ; Rachel pleure ses enfants ; elle refuse d'être consolée sur ses enfants, car ils ne sont plus. » .

- Si, comme il est dit par ailleurs, Jésus est né pendant le recensement de Quirinius, alors il est né plus tard, en +7 puisque ce recensement eut lieu 10 ans après la mort d’Hérode.

Certains autres textes situent ce recensement en –2 et de manière plutôt catégorique :
« Jésus serait alors né bien après la mort d'Hérode et non avant. Or, les témoignages les plus anciens sont unanimes pour dater la naissance de Jésus (liée au recensement de Quirinius) en -2 de notre ère. Cet écart est étonnant. Si les rédacteurs chrétiens, qui étaient au centre de violentes polémiques, avaient été d'aussi piètres historiens, comment leurs adversaires du moment n'en aient pas tiré argument pour les critiquer sur une "erreur" d'autant plus flagrante qu'elle était facile à vérifier à cette époque ».

- En 525, un religieux érudit, Denys le Petit, lors d’une étude commandée par le Pape Jean Ier, aurait commis une erreur identifiée depuis par comparaison de données évangéliques et historiques, qui placerait la naissance de Jésus 3 ou 4 ans plus tôt…

- Astrologiquement, pour retrouver « l’étoile du berger », autrement dit le passage d’une comète ou l’alignement de Venus et de Jupiter, il est établi qu’il s’agirait de la fin septembre de l’an –7. Ce fait a été calculé dès 1613 (publié en 1614) par le célèbre astronome allemand Johannes Kepler et confirmé de nos jours.
- Les travaux de Johannes Kepler ont également identifié l’erreur de Denys le Petit, situant ainsi la naissance de Jésus en –4…
Voir à cette adresse :
https://books.google.fr/books?id=l2hl6QWn2oQC&printsec=frontcover&hl=fr&source=gbs_ge_summary_r&cad=0#v=onepage&q&f=false? target="

La publication en 1614 des recherches de Kepler sur la chronologie et l’année de naissance de Jésus :
De Vero Anno quo Aeternus Dei Filius Humanam Naturam in Utero Benedictae Virginis Mariae Assumpsit
(Le Fils de la Vierge Marie dans l'année où le Verbe éternel de Dieu est incarné dans le sein de la nature humaine),

- Certains historiens affirment également qu’en cette région, à la fin décembre, les bergers n’étaient plus dans les prés et que la naissance aurait donc plutôt eut lieu au printemps…
Effectivement, faute de disposer d’archives météo de l’époque, il apparaît que de nos jours, en ces lieux, les mois de Décembre et de Janvier sont les plus pluvieux.

Par ailleurs, pour ce qui concerne la neige (celle que l’on peut mettre sur les crèches…), la région n’est pas non plus réputée pour ce phénomène, sauf peut-être en 1879 ou en 2013…

Et puis il y a le fameux « Quando noctis medium » (Lorsque minuit ou Quand le milieu de la nuit ?), dont tout le monde parle mais que personne ne semble avoir vu (et sans doute encore moins lu) qui serait paru au IVe siècle et reprendrait la date du 25 à minuit (du 25 ou du 24 ?).

Alors qu’en est-il ?