Le Morvan

En quelques lignes et quelques mots

 

Avertissement

La nouvelle charte du Parc Naturel Régional du Morvan a été finalisée de longue date
mais son approbation a été retardée en raison de la situation liée à la Covid 19.
En effet, depuis plusieurs mois le décret de reclassement du Morvan en Parc naturel régional
pour la période 2020-2035 se faisait attendre.
Le Premier ministre a enfin signé ce décret le 27 mai 2021

Etymologie

- Le massif était autrefois orthographié Morvand, formé de deux mots celtiques Mor et Vand, « Md » subsistant encore sur certains panneaux routiers.

- Une première définition étymologique, probablement la plus répandue, nous indique que cela signifieraient « Noires-Montagnes ».
- Une autre source, parfaitement recevable, nous propose en revanche cette autre étymologie : "Mor" ne signifierait pas "noire" mais bien "mer" comme dans Mor-Bihan (la "petite mer") ou comme dans "Ar-Mor" (le pays devant la mer). Van vient de "Vand" ou "Vent" qui, plutôt qu'une montagne, désigne une colline. Ainsi Mor-Van serait une "mer de collines"

- Le Morvan est un massif montagneux français situé en Bourgogne, aux confins des départements de la Côte-d'Or, de la Nièvre, de la Saône-et-Loire et de l'Yonne.
 

Où se situe le Morvan

 

- Le Morvan est un massif montagneux français situé en Bourgogne, aux confins des départements de
la Côte-d'Or, de la Nièvre, de la Saône-et-Loire et de l'Yonne.
:
* à l'Ouest la dépression du Bazois et le Nivernais,
* au nord la Terre-Plaine et la dépression de l'Auxois,
* au sud et au sud-est les plaines du Charolais et de l'Autunois.
- Le point culminant du massif du Morvan est le Haut Folin (901 mètres).
- La région est marquée par un réseau hydrographique dense, avec notamment de nombreux lacs artificiels, et par un fort boisement.
- Le Morvan est protégé par un parc naturel régional depuis 1970.
C'est le massif montagneux le plus proche de l'agglomération parisienne.
- Il peut être considéré comme une avant-garde granitique ou comme l'extension nord-est du Massif Central .
Le décret n°2004-69 du 16 janvier 2004 relatif à la délimitation des massifs inclut en effet les cantons du Morvan dans le Massif Central.
- Les habitants du Morvan sont les Morvandiaux et les Morvandelles.

 
Paysage dans le sud-Morvan (Nièvre).

Géographie

- Altitude maximale : 901 m au Haut Folin
- Longueur : environ 100 km
- Largeur : environ 55 km
- Superficie : 5 134 km2
- Région : Bourgogne
- Départements : Il s’étend sur 4 départements et comprend 19 cantons
* Côte-d'Or : cantons de Liernais, Précy-sous-Thil, Saulieu
* Nièvre : cantons de Château-Chinon (Ville), Châtillon-en-Bazois, Corbigny, Fours, Lormes, Luzy, Montsauche-les-Settons, Moulins-Engilbert
* Saône-et-Loire : cantons de Bourbon-Lancy, d'Issy-l'Évêque, Lucenay-l'Évêque, Mesvres, Saint-Léger-sous-Beuvray
* Yonne : cantons d'Avallon, Quarré-les-Tombes, Vézelay
 
Carte de Bourgogne représentant les cantons administrativement
rattachés au massif du Morvan

Le Parc Naturel Régional du Morvan (jusqu'à 2021)

- Le Parc Naturel Régional du Morvan (PNRM) a été créé en 1970.
 
- Suite à la dernière révision de sa charte le 27 avril 2007, le parc couvre à ce jour une surface de 290 900 ha et comprend 117 communes adhérentes ainsi que 6 villes partenaires.
 
- La maison du parc naturel régional du Morvan est située à Saint-Brisson.
 
- Les différentes conditions écologiques, climatiques et géologiques du massif impliquent une forte diversités dans les essences végétales recensées dans le Morvan. La présence de sols pauvres et acides (roches cristallines) et de sols riches et fertiles (roches volcano-sédimentaires), ainsi que différents types de climats (de type océanique à l'ouest, submontagnard au centre et continental à l'est) influent fortement sur la répartition des espèces. On note également la présence d'espèces protégées en Bourgogne (comme l'impatiente n'y-touchez-pas) ou des espèces déclarées d'« intérêt communautaire » par le réseau Natura 2000 (comme l'ache rampante ou le flûteau nageant).

Topographie

- Au nord, le Morvan ressemble à un vaste plateau bosselé qui s'élève lentement lorsque l'on avance vers le sud. Ces ondulations, qui s'étagent et viennent rejoindre en pente douce le Bassin parisien, forment le Bas-Morvan. L'altitude n'y dépasse pas 600 mètres. Dans la partie inférieure, au sud de Montsauche-les-Settons, se dressent les plus hauts sommets du Haut-Morvan.
 
- Le Morvan ne possède pas de monts très élevés puisque l'altitude maximale est atteinte dans la chaîne du Bois du Roi par le Haut Folin et ses 901 mètres. D'autres monts atteignent ou dépassent tout de même les 800 mètres :
* Le Grand Montarnu (point culminant de la Nièvre) : 857 m
* Le Mont Préneley : 855 m
* Le Bas Folin : 832 m
* Le Mont Beuvray : 821 m
* Le Bois de la Loge : 818 m
* Le Télégraphe, ou Tureau des Grands Bois : 800 m
* Le massif du Bois du Roi compte quelques monts secondaires comme le Haut Forgeot (809 m), les Trois Bornes (838 m) ou le Brûlé (882 m).
 
D'autres monts du Morvan :
* Le Montiant : 787 m
* La Roche de Suize : 766 m
* Le Mont Moux : 753 m
* Le Nid au Vautour : 684 m
* Le Signal d'Uchon : 681 m
* Le Calvaire à Château-Chinon (Ville) : 609 m
* La Montagne de Bard : 554,2 m


Carte des cols publiée dans le
n° 79 de "Vents du Morvan"

Entités paysagères

- Lors de la dernière révision de sa charte en 2007, le Parc Naturel Régional du Morvan a procédé à un découpage du territoire morvandiau pour obtenir 4 grands ensembles, subdivisés en 23 entités paysagères :
- Les 4 grands ensembles et leurs entités :
 
La « Dorsale boisée » correspond à des secteurs constitués de sommets, dont l'altitude varie de 500 à 900 m, et de cuvettes.
 
- Elle est située au centre du massif et couvre les territoires de communes telles que Arleuf et Planchez (dans le Haut Morvan boisé), Montsauche-les-Settons (dans le Haut Morvan des étangs), Saint-Brisson (dans le Haut plateau boisé) ou une partie de Brassy (dans la Marche boisée).
 
- Cette entité est constituée essentiellement de vastes forêts, avec de petites clairières, et de plans d'eau.
 
La « Dorsale boisée » comprend :
* Le haut plateau boisé
* La marche boisée
* Le haut Morvan des étangs
* Le haut Morvan boisé
 
Le « Morvan des 400 m », paysage montagneux du Morvan, est un ensemble de collines de granite dont l'altitude avoisine généralement les 300 à 500 m, à l'exception des environs du Mont Beuvray (qui culmine à 821 m) et des vallons du Chaloire (qui peuvent atteindre les 600 m). Le climat y est par ailleurs moins rude qu'au centre du massif.
 
- Dans ces secteurs, les espaces agricoles sont plus présents que les forêts, contrairement à la « Dorsale boisée ». En effet, si les hauteurs restent souvent couvertes de bois, les flancs de collines sont généralement cultivés ou utilisés pour faire paître les bêtes. Les villages et les routes principales se situent sur les bas des pentes et dans les vallées qui sont parcourues par divers cours d'eau (l'Yonne, l'Anguison, le Ternin, la Celle,...).
 
- Cette entité paysagère couvre plusieurs secteurs dans l'ouest, l'est et le sud du massif, notamment les communes de Montreuillon (dans la Vallée de l'Yonne), Chissey-en-Morvan (dans la vallée du Ternin), Anost (dans les vallons du Chaloire), Saint-Léger-sous-Beuvray (dans l'Autour du Mont Beuvray), Villapourçon (dans la vallée de la Dragne) ou encore Uchon (dans la Montagne autunoise).
 
Le « Morvan des 400 m » comprend :
* La Vallée de l'Anguison
* La Vallée de l'Yonne
* Les Collines de Brassy
* La Vallée du Ternin
* Les Vallons du Chaloire
* La Vallée de la Dragne
* Autour du Mont Beuvray
* Les Trois Vallées Encaissées
* La Montagne Autunoise
 
Les « Piedmonts », comme leur nom l'indique, sont situés au pied du massif, et offrent une large vue sur les plaines et plateaux qu'ils dominent : les «Franges». Les forêts laissent place ici aux plaines et vallées bocagères.
 
- Les piedmonts situés au nord et au nord-est sont relativement élevés : entre 300 et 400 m pour le Piedmont nord (autour de Quarré-les-Tombes et Chastellux-sur-Cure) et généralement 600 m pour les Marches de Saulieu (autour de Liernais et Saulieu). Plusieurs châteaux y ont d'ailleurs trouvés leur place logique.
 
- Ceux situés autour de Corbigny et Moulins-Engilbert, le Corbigeois et le Bazois sous Château-Chinon atteignent respectivement les 200 et 300 m. Ils sont quant à eux tournés vers les plaines du Bazois.
 
Les « Piedmonts » comprennent :
* Le Piedmont Nord
* Le Corbigeois
* Les Marches de Saulieu
* Le Bazois sous Château-Chinon
 
Les « Franges » délimitent le massif au nord, à l'est et au sud. L'altitude ne dépassent guère 200 m au nord et atteint difficilement 400 m à l'est et au sud.
 
- Elles se situent autour de Vézelay (dans le Plateau calcaire), Avallon (dans la terre plaine), de Précy-sous-Thil à Autun (dans l'Auxois des buttes et la Plaine d'Autun), jusqu'à Étang-sur-Arroux (dans le val d'Arroux) et Luzy (dans les collines de Luzy).
 
- Ici, les formes arrondies des sommets et les crêtes boisées laissent place à aux formes aiguës des plateaux calcaires au nord et aux vallées ouvertes au sud, à l'exception de certaines vallées encaissées comme les gorges de la Canche.
 
Les « Franges » comprennent :
* Le Plateau Calcaire
* L'Auxois des Buttes
* La Plaine d'Autun
* Le Val d'Arroux
* Les Collines de Luzy
* La Terre Plaine

Climat

- Le climat morvandiau se caractérise par des précipitations nombreuses et importantes, des automnes et hivers longs et rigoureux et des températures modérées dont l'amplitude annuelle est supérieure à 20 °C.



- En raison de sa position et de son altitude, le massif du Morvan connaît des pluies fréquentes et abondantes.
Il reçoit en moyenne 1 000 mm d'eau par an sur ses bordures et plus de 1 800 mm sur les sommets les plus élevés.
Il pleut ou il neige près de 180 jours par an sur les sommets.

Hydrographie

- Le relief, la pluviosité et l'absence d'infiltration des eaux en profondeur déterminent donc un réseau hydrographique complexe.
Les vallées principales sont alimentées par une multitude de petits ruisseaux. Parmi les principaux cours d'eau figurent l'Armançon, l'Arroux, l'Ouche et l'Yonne.

- On remarque ainsi de nombreux cours d'eau (voir Rivières/Sources, ICI) qui alimentent des lacs artificiels (le lac de Pannecière-Chaumard (520 ha) et le lac des Settons (320 ha) sont les plus célèbres). Ces lacs spectaculaires constituent un fort atout touristique pour la région.

- Les 4 autres « grands lacs » du Morvan sont : le lac de Chamboux (75 ha), le lac de Chaumeçon (135 ha), le lac du Crescent (165 ha) et le lac de Saint-Agnan (140 ha).

- Les roches métamorphiques du Morvan renferment des nappes de faible puissance (quelques mètres), donnant naissance à de nombreuses sources, favorisant ainsi l'existence d'importantes zones humides (tourbières, prairies humides...).

- L'eau est peu chargée en sels (eau douce) et de bonne qualité. Les pollutions chimiques sont peu nombreuses du fait de la faible densité de population.

Géologie

Carte géologique du massif du Morvan
Ère primaire :
- Durant le Paléozoïque, il y a environ 400 millions d'années, le plissement hercynien fait surgir de hautes montagnes (Le Massif armoricain, les Vosges, les Ardennes, le Massif central), dont le Morvan.

- Cette montagne est formée de roches métamorphiques (gneiss, micaschistes) mêlées à des roches magmatiques (granites, porphyres).

- L'érosion finit par abaisser le Morvan qui est ainsi ramené à l'état de socle montagneux.

- Le climat chaud et humide favorise l'apparition d'une végétation exubérante. Finalement enfouis sous d'épaisses masses d'alluvions, et par suite de fermentation, les débris végétaux sont transformés avec le temps en houille. Des dépôts carbonifères se forment alors entre le massif du Morvan et le Beaujolais (Autun, Montceau-les-Mines).


Ère secondaire :
- Durant le Mésozoïque, il y a 200 millions d'années, suite au lent affaissement du socle hercynien, la mer envahit complètement le bassin parisien, allant jusqu'à immerger le Morvan qu'elle recouvre de marnes et de calcaires. Ces sédiments s'empilent alors sur le socle granitique.

- Suite au retrait des eaux, l'érosion reprend son action et abaisse le Morvan d'au moins 1 000 mètres. Les marnes et calcaires sont alors rejetés vers l'Auxois, le Bazois et le Châtillonais.

Ère tertiaire :
- À partir du Paléogène, il y a 60 millions d'années, le massif fut basculé vers le nord suite au mouvement de surrection du plissement alpin. Ce mouvement violent provoqua des fractures du sol et raviva l'action des eaux vives qui reprirent alors le creusement de leurs vallées en gorges.

Centre géographique de la zone Euros

- De 2001 à 2010, le centre géographique de la zone euro était situé dans le Morvan.

     
De 2001 à 2006, il se trouvait sur la commune de Montreuillon.

En 2007, avec l'arrivée de la Slovénie, il fut identifié sur la commune de Mhère.